23/04/2004

chapitre 68

L'absence de Debroux dura trois jours comme convenu. Au soir du troisième jour, Debroux regagna la clinique. L'infirmière de garde ce soir-là lui trouva une excellente mine. Debroux partagea son avis. Il ne dit rien de plus, monta dans sa chambre. Il se présenta le lendemain au petit déjeuner d'humeur maussade. Louis de Boe ne put rien lui arracher de ses trois jours passés en ville. En début d'après-midi, il se rendit dans le cabinet du psychiatre. Il ne prononça pas un mot de toute la séance. Le soir on ne le vit pas pour le repas. Louis de Boe pensa tenter quelque chose, frapper à la porte de sa chambre. Il choisit de laisser à Debroux un temps de réadaptation.


18:32 Écrit par cbj | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.