04/04/2004

chapitre 48

Ce que les notes ne relevaient pas mais que j'imagine aisément, c'est le visage à peine effrayé de Debroux à ces instants, ses yeux chercheurs dans le scrupule d'une erreur encore et toujours possible sur la nature du moment, le regard interrogateur qui a du mal à se poser mais qui insiste et qui se pose finalement sur le visage de Louis de Boe troublé.

Ce que j'imagine encore : l'accident des yeux dont Debroux malgré les soins ne démord pas, ne démordra jamais, les yeux rivés sur la découverte d'une deuxième réalité de l'existence.


12:22 Écrit par cbj | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.