03/04/2004

chapitre 45

Debroux avait pour habitude à cette heure-là de regagner directement sa chambre, tandis que Louis de Boe, histoire de réfléchir sur l'existence, faisait les cent pas devant les baies vitrées du grand salon. Cette fois-là, les deux jeunes gens ne s'étaient séparés qu'au moment où il avait fallu fermer la salle des repas.

Le lendemain, l'infirmière en chef avait rapporté l'anecdote au médecin de Debroux. Celui-ci avait donné l'ordre de ne plus fermer la salle des repas avant que les jeunes gens aient eu fini de s'entretenir. C'est ce qui arriva le deuxième soir, c'est ce qui fut fait ce deuxième soir et les autres jours et les autres soirs.


14:46 Écrit par cbj | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.