30/03/2004

chapitre 41

Le travail analytique consistait à extraire de la mémoire de Debroux les plus menus détails. Tout avait son poids et la redite importait peu. Debroux, de son côté, cherchait de moins en moins le sens des questions, le contenu des choses. Léo Paul Debroux laissait faire.

Il formulait souvent la joie de, disait-il, comprendre. Il évoquait de plus en plus facilement des noms de lieux, des visages. Parfois se perdait-il encore dans le déclin d'un soir aux effluves mélangés de roses et de lilas, ou bien encore dans la couleur du sang. Il y avait fort à penser qu'il s'agissait bien ici du sang précis de quelqu'un qui se meurt dans un accident de voiture un jour d'été. Cette fleur.


18:31 Écrit par cbj | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.