30/03/2004

chapitre 40

En dehors des séances de travail, la vie de Debroux prenait également meilleure allure. Sans plus avoir besoin de lui suggérer l'idée, il entrait en correspondance avec les membres de sa famille et quelques anciens camarades d'études.

Il avait écrit une lettre à l'oncle qui s'occupait de son patrimoine, lui demandant la faveur d'installer la télévision dans sa chambre. L'oncle s'était exécuté sur-le-champ. Le personnel médical avait laissé faire.


18:30 Écrit par cbj | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.