13/03/2004

chapitre 16

Serpents des rivières et têtards remuent sous la vase du bassin. Les clapotis de l'eau, de concert avec les coassements des crapauds, chargent les soirs de cette sonorité d'été. Quand vient la fin du jour, Léo Paul Debroux retrouve la position allongée. Il se couche dans son lit dès que tombent les nuits. Sa chambre lui fait toujours l'effet d'être bouillante. Il ne comprend presque plus. Puis la raison se reforme sur la tournure des événements.

C'est le soir ? Le soir. Il réfléchit. Quelle est la meilleure façon de mourir ? C'est la question qu'il se pose. La meilleure façon de mourir ? Que ce ne soit pas de ta faute. Mais se dire : demain sera du même acabit. Désormais, il en ira toujours des jours de cette sorte, les yeux scrupuleusement rivés au ciel fondamentalement bleu. Les lendemains n'arriveront jamais. Les lendemains n'arrivent jamais. Que s'est-il passé dans la vie de Léo Paul Debroux pour que les lendemains jamais n'arrivent ?


19:21 Écrit par cbj | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.