12/03/2004

chapitre 1

Le 24 juillet 1973, à l'âge de 9 ans, Léo Paul Debroux perd tout d'un coup sa mère, son père, et son frère de 2 ans dans un accident de la route. Des charmes se glacent dans un passage, ni près ni loin de rien. Passe quelqu'un de terrible et de noir.

Passe le temps. Il est une lumière à la fois grise et claire sur ce jour d'été.

Pour la nuit qui a suivi ce jour et pour les autres jours et pour les autres nuits, je me demande comment la vie a pu être possible. Je vois plutôt cette douleur indicible qui couronne la nuit. La vie pourtant s'est faite, elle s'est frayée un chemin où aller, où s'épancher, où devenir vieille. La vie est devenue vieille. Léo Paul Debroux a malgré tout été quelqu'un.

Un trou d'emblée. Dès le début les glaces de l'hiver. Aucune ne craquelle. Qu'est-ce que je vais faire avec Léo Paul Debroux ? Où est-ce qu'on va vivre ? Aucun livre ne voudrait de nous. Les mots, comme l'histoire, comme l'image, comme les mains, comme le regard qui cherche à voir et se perd, sont dans la sonde, sont dans la nuit. Le livre écrit devient un puits. L'avenir s'envenime. C'est un avenir blanc.



19:29 Écrit par cbj | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Qu'importe Je ne sais pas ce que va devenir Léo Paul Debroux cependant je trouve son introduction particulièrement intéressante. J'aimerais beaucoup connaître en tout cas la suite de ses aventures, ce a quoi je vais m'atteler :)

Écrit par : Sophie | 05/05/2008

Les commentaires sont fermés.